Les 10 meilleurs conseils pour réaliser son arbre généalogique

Véritable tendance ces dernières années, la recherche des origines est pourtant un périple long et complexe. Le découragement peut survenir avant même la première avancée. En effet, pour reconstituer votre arbre généalogique, vous devez vous armer de patience et de persévérance. Pour se lancer sans grande difficulté, on vous livre les meilleurs conseils sur la généalogie.

Réaliser un arbre généalogique : la recherche ADN

La comparaison des marqueurs génétiques est l’un des moyens infaillibles et des plus populaires pour remonter ses origines. En effet, les tests ADN permettent de connaître ses différents liens de filiation comme la lignée paternelle et la lignée maternelle, mais aussi les grands-parents. Ils permettent aussi de connaître son père biologique par le biais du test de paternité.

La recherche adn est le moyen le plus simple de réaliser son arbre généalogique. Selon l’étude du patrimoine génétique, différents types de tests sont réalisables :

  • Le test d’ancêtres,
  • Le test prénatal (à réaliser avant la naissance d’un enfant),
  • Le test de jumeaux,
  • Le test de fratrie,
  • Le test d’oncles et de cousins.

La réalisation d’un test ADN de paternité est encadrée par la loi française. En effet, la demande doit être examinée par un juge du tribunal de grande instance (procédure judiciaire). Il désignera ensuite un laboratoire compétent où effectuer les tests de paternité. Le père prétendu devra consentir à se faire prélever ses empreintes génétiques, sans quoi aucune recherche de paternité par la génétique ne peut être faite.

Bien entendu, ce type de test est utile si un doute subsiste concernant la paternité d’un enfant. Un test génétique est réalisé pour confirmer ou infirmer un lien de filiation biologique entre l’enfant et le père présumé. Il est généralement effectué avant la reconnaissance de paternité, notamment si l’enfant a été conçu hors mariage. Après confirmation du lien de parenté, le géniteur sera libre de reconnaître sa paternité légalement.

Quant au test ancetre, il consiste à comparer ses données génétiques avec ceux d’une base de données d’un laboratoire. Les résultats du test vous renseigneront sur les zones géographiques et ethniques d’appartenance de vos ancêtres. Dans les deux cas, une expertise génétique est nécessaire car l’analyse ADN consiste premièrement à extraire l’empreinte génétique de l’échantillon de salive prélevée au moyen du frottis buccal.

Se rendre dans une bibliothèque publique

Une enquête sur l’histoire familiale peut se résumer à une simple visite de la bibliothèque locale. En effet, la plupart des bibliothèques donnent accès gratuitement à leurs membres des sites de généalogie. Différentes options de recherche vous sont proposées mais vous pouvez aussi demander de l’aide au responsable.

Consulter les Archives départementales

Tous les documents dont vous avez besoin y sont regroupés, donc inutile de perdre votre temps dans les mairies, qui sont en plus soumises à des horaires d’ouverture. Certaines Archives numérisent même leurs registres paroissiaux et leur état civil. Seulement, pour faire avancer la recherche, vous devrez vous familiariser avec les cotes des documents au préalable.

Entamer des recherches sur internet

Que ce soit pour commander un kit de test ADN en ligne ou pour accéder à une base de données d’archives en ligne, internet offre de nombreuses possibilités en matière de recherche des origines. Des milliards de données sont actuellement disponibles en ligne, permettant la réalisation d’une recherche ADN. Quoi qu’il en soit, faire un test ADN reste la meilleure solution pour établir un lien de filiation légitime.

Les dépouillements systématiques

Dans les Archives départementales, des bénévoles passent des heures à dépouiller les registres paroissiaux et notariaux. Pensez à y jeter un œil pour gagner du temps. Ces registres peuvent être classés dans les documents ordinaires en série J ou bien dans les usuels de la bibliothèque en salle de lecture.

La numérisation des ancêtres

C’est une technique organisationnelle efficace pour ne pas se perdre au fur et à mesure que la recherche avance. Les personnes issues d’une même génération ont par exemple le même nom de famille. Bien que ce soit évident au moment de faire l’arbre généalogique, ce ne sera pas le cas dans le futur. La numérisation Sosa-Stradonitz est la plus couramment utilisée. Elle consiste à noter la personne de qui vous partez par 1, puis ses parents par 2 et 3. Tous les hommes sont notés par un numéro pair et les femmes par un numéro impair.

Faire appel à des professionnels

S’il ne s’agit pas simplement d’engager une action en recherche de paternité, le recours à des professionnels peut être envisageable. Ils réussiront là où vous avez échoué grâce à leur savoir-faire. Si votre cas est compliqué et que vous avez besoin d’une vérité biologique pour déterminer vos origines, la sollicitation de professionnels est d’autant plus justifiée.

Utiliser un logiciel

Lorsque vous aurez compris la relation entre les ancêtres, vous pourrez vous servir d’un logiciel de généalogie. En attendant, contentez-vous d’un crayon et d’un papier. Tous les logiciels sont différents mais optez pour celui qui vous semble le plus facile à prendre en main. Il faut noter qu’un logiciel ne vous aidera pas à comprendre comment sont les ancêtres les uns par rapport aux autres.

Résoudre les difficultés mineures

Dans la reconstitution d’un arbre généalogique, l’orthographe n’est pas importante. Sachez que les noms ont été orthographiés de la façon dont ils ont été entendus il y a des siècles. De ce fait, une famille du nom de GORSE peut être la même que GORSE ou GOTXE. Toutes les possibilités sont donc à étudier.

Les cours de généalogie

Certes, cela vous prendra du temps, mais le but de cet apprentissage est justement de pouvoir en gagner plus tard. Cela vous permettra par exemple d’apprendre le vocabulaire sur l’établissement de la filiation biologique, mais aussi sur la généalogie (contre-argument, unions remarquables…).

Nos Accréditations
(Norme ISO - CAP - ACLASS)