De plus en plus démocratisées, les analyses ADN consistent à réaliser des études sur les marqueurs génétiques, en vue d’en tirer différentes conclusions. Elles peuvent donc être effectuées dans plusieurs objectifs. Rapide et hautement fiable avec une expertise génétique, un test ADN est aujourd’hui disponible dans de nombreux laboratoires comme Europaternité. Quelles sont alors les options possibles pour les particuliers qui souhaitent se renseigner sur leur état de santé ou leurs origines ? 

Analyse ADN : l’empreinte génétique

L’empreinte génétique, aussi appelée profil génétique, est le résultat d’un test adn permettant à chaque individu d’être unique sur le plan génétique. Elle permet donc d’identifier une personne, rien qu’à partir d’une petite quantité de ses tissus biologiques, tels que : 

  • Son sang
  • Ses cheveux
  • Son sperme
  • Sa sécrétion vaginale
  • Sa salive…

L’analyse du profil génétique repose sur un principe : si la grande majorité du patrimoine génétique est la même pour tous les êtres humains, il existe toutefois une infime partie permettant de les distinguer les uns des autres. L’empreinte génétique repose donc sur l’analyse des séquences ADN spécifiques d’un individu

Les empreintes génétiques sont utilisées à différentes fins : 

  • Pour identifier des restes humains
  • Pour connaître l’identité des suspects en médecine légale, ceci afin de les innocenter ou de les incriminer
  • Pour organiser le don organe
  • Pour faire des tests de paternité
  • Pour émettre des hypothèses sur la diaspora humaine…

Si vous avez besoin de renseignements sur les coûts d’un examen génétique, faites une recherche sur : analyse adn prix.

L’analyse ADN mitochondrial

L’ADN mitochondrial est une molécule d’ADN circulaire présente dans la mitochondrie. Elle ne se transmet que d’une mère à ses enfants et permet l’analyse de la diversité génétique. En effet, l’analyse de l’ADN mitochondrial permet de déterminer le degré de similarité entre deux personnes et de pratiquement suivre des populations. Il faut toutefois noter que la valeur probante obtenue par l’analyse de l’ADN mitochondrial est plus faible comparée à celle de l’ADN nucléaire. On l’utilise principalement sur : 

  • Les dents
  • Les os
  • Les éléments pileux

Le test de paternité

Les tests de paternité sont utilisés pour déterminer des liens biologiques entre les pères et leurs présumés enfants. On parle aussi de tests ADN de paternité. En France, ils ne peuvent être réalisés que dans le cadre d’une procédure judiciaire. Ils sont réalisés pour déterminer des similitudes entre les marqueurs génétiques de deux individus. Un test de paternité est réalisé pour différentes raisons : 

La recherche de paternité

Tous les enfants ont le droit de lancer une action en recherche de paternité pour être reconnus par leur père biologique. 

La contestation de paternité

Un test de paternité peut être utilisé pour contester le lien biologique existant entre un homme et un enfant. 

Le rétablissement de la présomption de paternité

Il est surtout utile en cas de divorce des parents. Le test ADN servira à prouver la paternité du conjoint. 

Les actions en cas de succession/d’immigration

Le test de paternité est très utile pour régler les conflits dans les questions d’héritage et d’immigration.

L’analyse de génome

Suite au protocole d’extraction génomique, il est possible d’effectuer une analyse génomique. Elle consiste à lire différentes zones du génome ou du patrimoine génétique. En effet, le génome n’est autre que le matériel génétique dans son ensemble. Il se compose d’ADN et se trouve dans le noyau d’une cellule. C’est le génome qui comporte l’information génétique sur une personne. Il compte 23 paires de chromosomes. L’analyse génomique est réalisée pour les prédispositions aux maladies génétiques. Elle permet de : 

  • Déterminer la résistance à un traitement, surtout via une thérapie ciblée ou une chimiothérapie.
  • Faire un diagnostic précis en caractérisant la signature génomique.
  • Admettre, si c’est possible, la prescription d’un traitement spécifique
  • Prédire comment la maladie évolue.

Le sexage ADN

Le sexage est l’analyse génétique qui permet de déterminer le sexe d’un animal. On le réalise principalement sur les oiseaux et les reptiles, étant donné que leur organe génital n’est pas apparent. Grâce à la génétique, il est possible d’identifier les chromosomes responsables de la définition du sexe. 

Les options et disponibilités d’Europaternité

Europaternité est un laboratoire d’analyses génétiques qui propose principalement la réalisation du test de paternité à domicile. En effet, vous pouvez commander un kit de test ADN gratuitement et effectuer les prélèvements d’échantillon de salive sur les individus concernés. Les résultats vous seront communiqués dans les 3 jours ouvrables suivant l’envoi des échantillons. Europaternité propose aussi d’autres types de tests ADN : 

  • Le test de maternité
  • Le test de fratrie
  • Le test d’oncles et tantes
  • Le test de grands-parents
  • Le test d’ancêtres
  • Le test ADN prénatal

L’Acide Désoxyribonucléique ou ADN est le support de l’information génétique. Tous les êtres vivants en sont constitués. D’ailleurs, les différentes analyses génétiques reposent sur cette molécule. Pour pouvoir isoler l’ADN des tissus et des cellules, on procède à son extraction. Ce procédé est utile pour des recherches en biologie moléculaire, telles que le séquençage d’ADN, le PCR ou encore le clonage. Comment réalise-t-on alors l’extraction de l’ADN génomique ?

Protocole extraction ADN génomique : Qu’est-ce que l’ADN génomique ?

L’ADN génomique désigne avant tout l’ADN du noyau d’une cellule. Il provient des chromosomes des cellules analysées. C’est le support physique de tous les gènes de cette même cellule. Le test adn permet l’étude du génome des cellules d’un organisme vivant.

La génomique, quant à elle, est une discipline de la biologie moléculaire. Elle consiste en l’étude d’un organe ou d’un organisme à l’échelle du génome (ensemble du matériel génétique d’un individu). On distingue principalement :

  • La génomique fonctionnelle : consiste à étudier le rôle du génome dans les procédés biologiques.
  • La génomique structurale : vise à décrire la structure tridimensionnelle des protéines codées par un génome.

Comment se déroule l’extraction de l’ADN génomique ?

L’extraction de l’ADN se fait de différentes manières, selon qu’il s’agisse d’ADN génomique ou d’ADN plasmidique. On distingue :

  • Le lyse des cellules
  • L’élimination des acides nucléiques, comme l’acide ribonucléique
  • L’élimination des protéines
  • La précipitation à l’éthanol pour concentrer l’ADN

L’extraction d’ADN est utile pour toute analyse génétique, dont le test paternité prénatal.

La lyse des cellules

C’est la première étape de la préparation de l’ADN génomique. La lyse des tissus et des cellules consiste à broyer, puis à extraire l’ADN pour pouvoir dénaturer les protéines (notamment celles reliées à l’ADN dans la chromatine) et répartir les bicouches lipidiques des membranes.

L’élimination des protéines

Pour la déprotéinisation, on se sert d’une solution de phénol-chloroforme. Après l’extraction, les protéines dénaturées se retrouvent à l’interface phénol-eau, sous forme de précipité, tandis que l’ADN reste dans la solution. On la récupère ensuite par centrifugation ou par décantation. L’utilisation du phénol-chloroforme est avantageuse car, non seulement le protocole est simple, mais en plus, les acides nucléiques sont stabilisés, tandis que les nucléases se dénaturent rapidement.

La concentration de l’ADN

Pour concentrer l’ADN, on ajoute de l’isopropanol ou de l’éthanol dans la solution aqueuse, qui est dissoute dans un tampon. Enfin, pour supprimer les résidus de contaminants et de phénol, on procède à une purification par chromatographie préparative ou par dialyse.

Le contrôle de l’extraction

Il se fait de deux façons :

  • En mesurant l’extinction dans l’UV grâce à un spectrophotomètre.
  • Par électrophorèse sur gel d’agarose. Cette technique permet d’étudier la taille et la présence des acides nucléiques dans la solution. Ces derniers sont révélés par un colorant appelé bromure d’éthidium.

En quoi consiste le test d’ancêtres ?

Comme énoncé plus haut, l’extraction d’ADN permet de réaliser différentes recherches, dont le test d’ancêtres. Il s’agit d’une analyse génétique visant à retracer les origines ancestrales et géographiques. Pour procéder, les principaux intéressés peuvent commander un kit de test en ligne. Réalisés par un laboratoire sérieux, les résultats de ces examens sont tout ce qu’il y a de plus fiables.

Plusieurs méthodes sont utilisées pour retracer l’origine d’une personne. On peut citer :

  • Le test ADN autosomique
  • Le test ADN du chromosome Y
  • Le test ADN mitochondrial

Une prescription médicale peut être faite pour la réalisation de ce type de test.

Le test ADN autosomique

Ce test consiste à tester les chromosomes sexués et peut donc, aussi bien être réalisé chez l’homme que chez la femme. Il permet de connaître le degré de parenté connectant deux personnes sur 5 générations. Les polymorphismes mono-nucléotidiques peuvent aussi être étudiés au cours de cette analyse.

Le test du chromosome Y

Comme son nom l’indique, ce test consiste à étudier le chromosome Y. L’examen n’est possible que chez les hommes et permet donc de remonter la lignée paternelle, étant donné que seuls les hommes portent le chromosome Y. Les femmes portent en effet une paire de chromosomes X.

Le test ADN mitochondrial

Contrairement au test du chromosome Y, le test ADN mitochondrial s’intéresse au côté maternel d’une personne, vu que l’ADNmt se transmet uniquement d’une mère à ses enfants. Il consiste en l’étude du 23è chromosome, qui est le chromosome sexuel. Les résultats indiqueront l’existence de liens entre une grand-mère et ses petits-enfants ou encore des liens de fratrie.

Quel que soit le type d’analyse ADN choisie pour retracer ses origines, le test d’ancêtres permet de se rapprocher de ses aïeuls et d’en savoir plus sur son histoire. D’ailleurs, c’est grâce à ces tests que de nombreux différends familiaux sont aujourd’hui résolus.

Toutes les cellules des êtres vivants se composent d’Acide Désoxyribonucléique ou ADN. Il s’agit d’une macromolécule biologique, qui constitue le support de l’information génétique héréditaire. Cette molécule se distingue par sa forme particulière, qu’elle conserve même après réplication. Découvrez alors les caractéristiques de l’ADN, ainsi que son rôle dans la reproduction et quel

Quel est le schéma d’une molécule d’ADN ?

L’ADN est premièrement une molécule très longue, qui se compose de nucléotides enchaînés les uns aux autres grâce à des liaisons phosphodiester. On distingue 4 sortes de nucléotides :

  • La guanosine (G)
  • La cytidine (C)
  • L’adénosine (A)
  • La thymidine (T)

On entend souvent parler d’ADN lorsqu’il est question d’analyse adn, qui consiste le plus souvent à comparer les marqueurs génétiques de deux individus. L’ADN prend une forme de double hélice ou plus précisément de deux brins complémentaires qui s’enroulent l’un sur l’autre. On désigne chaque brin de polynucléotide et chaque monomère le constituant de nucléotide.

A chaque molécule de sucre (le désoxyribose), qui constitue chaque brin, se fixe une base azotée. Il faut noter que l’appariement des bases est spécifique, ce qui explique la complémentarité des deux brins. En effet, la cytosine d’un brin ne peut se lier qu’à la guanine de l’autre (C-T) et la thymine de l’un à l’adénine de l’autre (T-A).

Les caractéristiques de la double hélice sont les suivantes :

  • Une hauteur entre deux tours de 0,34 nanomètres (du pas de l’hélice)
  • 10,5 paires de bases azotées pour chaque tour

Les spécificités de l’ADN chez les êtres vivants

Chaque être vivant se compose d’ADN. Ce dernier conserve toutes les informations nécessaires à la reproduction, ainsi qu’au fonctionnement et au développement d’un organisme.

L’ADN chez les procaryotes

Les procaryotes sont les bactéries et les archées, ainsi que tous les micro-organismes. Leur ADN est similaire à l’ADN humain, à la seule différence qu’il se trouve dans le cytoplasme et n’est pas lié à des histones, qui sont des protéines. L’ADN des procaryotes se présente le plus souvent sous forme de chromosome circulaire.

L’ADN chez les eucaryotes

Chez les eucaryotes, l’ADN des êtres vivants est lié à des histones. Il forme des pelotes, appelés les nucléosomes. Cet ensemble forme les chromosomes, situés dans le noyau des cellules. Ces derniers peuvent également se trouver dans le chloroplaste et la mitochondrie, qui sont des organites.

Les gènes de l’ADN

L’ADN se compose de gènes, qui sont les nucléotides. Le nombre de gène codant pour des protéines chez l’Homme est évalué à environ 40 000, mais des morceaux d’ADN codant pour les ARN sont aussi présents. Le gène se situe sur le chromosome, ce dernier lui permettant de transmettre un caractère héréditaire. Tous les tests ADN, comme le test ancetre, reposent sur l’analyse de cette molécule.

Quel est le rôle de l’ADN dans la reproduction ?

L’ADN est propre à chaque personne, sauf pour les jumeaux. L’ensemble unique d’ADN est le génome. Ce sont les petites différences au niveau des instructions qui caractérisent les individus. En effet, la présence du nucléotide T à un endroit spécifique de l’ADN est par exemple responsable de la couleur de cheveux brune d’une personne, tandis qu’une autre avec un C à ce même endroit aura par exemple des cheveux roux.

Les informations contenues dans l’ADN sont transmises d’une génération à une autre. Elles peuvent aussi bien influencer votre apparence physique, que votre caractère et vos préférences. Il faut toutefois noter que l’ADN de tous les humains est similaire à 98%. Même une personne avec qui vous n’avez aucun lien de parenté, partage donc le même ADN que vous, à 2% près. C’est ce petit pourcentage qui rend chacun unique.

Le test de paternité : pour comparer les données génétiques

Un enfant hérite du matériel génétique de ses parents (23 chromosomes du père et 23 chromosomes de la mère. C’est pourquoi, la comparaison d’une séquence d’ADN d’un enfant et de son présumé père permet l’établissement d’un lien biologique entre les deux. C’est le test de paternité.

Le déroulement

Le test de paternité consiste à comparer le patrimoine génétique des deux individus, grâce à l’extraction de l’ADN d’un échantillon spécifique (salive, cheveux, ongles…). Cet examen est réalisé en laboratoire. Il est possible de réaliser le test avant la naissance de l’enfant, en extrayant l’ADN du fœtus de la mère, grâce à une prise de sang.

Les résultats

Quand le lien de parenté est établi, les résultats du test de paternité sont fiables à 99,99%. Cet examen génétique est en effet très sûr. Il est d’ailleurs le plus souvent demandé dans les procédures judiciaires à des fins de subsides ou de reconnaissance de paternité.

 

Nombreux sont les cas où une filiation biologique est établie, sans que l’enfant et le père n’appartiennent pas à la même lignée paternelle. Dans ce cas, une procédure de contestation de paternité peut être engagée. Elle consiste à annuler une reconnaissance de paternité légale, de façon à anéantir la filiation. Cependant, les situations sont nombreuses. A chacune d’entre elles correspond un mode d’introduction de la contestation différent. Gros plan.

Les différents cas de contestation de paternité

La filiation désigne avant tout un lien qui unit un enfant et son père ou sa mère. On distingue :

  • La filiation par le sang
  • La filiation adoptive
  • La filiation d’un enfant conçu par procréation médicale

Quelle qu’elle soit, elle peut être contestée devant un juge et dans un certain délai. Deux cas peuvent alors se présenter :

La contestation de filiation avec possession d’état

La possession d’état désigne une présomption de paternité légale qui établit la filiation entre deux personnes, sur la base de faits quotidiens. Ils sont constatés par l’entourage, notamment la famille et les amis. En effet, la relation qui a existé depuis toujours entre les deux personnes a permis de déduire qu’ils sont liés par un lien biologique.

La possession d’état décrit donc en réalité le comportement d’une personne vis-à-vis d’un enfant, ce qui porte à croire qu’elle l’a engendré (elle l’élève et pourvoit à son éducation et à ses besoins). D’ailleurs, sur son acte de naissance, l’enfant porte bien le nom de famille du parent, sans qu’un test paternite n’ait été effectué au préalable.

Dans ce cas, l’action en contestation de paternité peut être initiée dans les 5 ans à compter du jour où la possession d’état a cessé ou lorsque le parent ayant reconnu l’enfant est décédé. Le père biologique, la mère et l’enfant lui-même peuvent en être les initiateurs. Passé ce délai, il ne sera plus jamais possible d’engager une procédure.

La contestation de filiation sans possession d’état

Si la possession d’état n’existe pas, la contestation de paternité peut être engagée dans les 10 ans qui suivent l’établissement de la filiation en question. Ce délai sera compté à partir de la majorité de l’enfant si c’est lui qui en est l’initiateur. Il faut noter dans ce cas que la procédure peut également être initiée par le père biologique, le père juridique ou la mère de l’enfant.

En outre, dans le cas d’une reconnaissance paternelle frauduleuse, c’est-à-dire que si un homme reconnaît volontairement un enfant comme étant le sien, alors qu’il n’en est pas le père, le ministère public peut également engager une procédure de contestation de paternité. Quoi qu’il en soit, un test de paternité prénatal reste une option fiable pour rétablir la vérité biologique.

Comment introduire une action en contestation de paternité ?

L’assistance d’un avocat sera indispensable pour saisir le Tribunal de grande instance du lieu du défendeur. Deux éléments sont importants lorsqu’il est question d’introduire une procédure en contestation de paternité :

  • Assurez-vous de respecter les délais réglementaires pour initier l’action.
  • Fournissez des preuves attestant que le père inscrit sur l’acte de naissance n’est pas le géniteur de l’enfant.

Par la suite, le juge ordonnera la réalisation d’un test de paternité. Cette analyse ADN permettra de démontrer qui est le véritable parent biologique de l’enfant. Tout au long de la procédure, les avocats des deux parties seront amenés à échanger des pièces administratives et des conclusions. Dans tous les cas, ce sera un procédé long et périlleux, d’autant plus qu’à l’heure actuelle, seul un laboratoire test de paternité est habilité à réaliser une expertise biologique.

Quels sont les effets de la procédure ?

Si les deux conditions citées plus tôt sont réunies et que les résultats du test ADN démontrent que l’initiateur de l’action est bel et bien le père biologique de l’enfant, il se produira les effets suivants :

Le lien biologique déjà établi sera anéanti

La contestation de la filiation aura pour cause principale l’anéantissement de la reconnaissance établie. Aux yeux de la loi, le père inscrit sur l’acte de reconnaissance ne sera plus considéré comme tel, qu’il y ait eu ou non possession d’état.

Le changement du nom de famille de l’enfant

En cas de possession d’état, le nom patronymique de l’enfant pourra aussi être changé, notamment si le père de l’enfant consent à le reconnaître en tant que tel.

La fixation de modalités d’exercice d’autorité parentale

Si le parent qui a reconnu l’enfant a entretenu des relations spécifiques avec lui, le juge pourra lui accorder un droit de visite et d’hébergement. Toutefois, seule la mère pourra exercer son autorité parentale sur l’enfant.

 

 

Tout enfant, légitime ou non, bénéficie du droit d’être reconnu par son père biologique. Or, pour de nombreux pères, la naissance d’un enfant peut susciter de nombreux questionnements, entraînant alors un retard de la reconnaissance de paternité. Plus qu’une simple formalité, c’est une démarche qui engendre des conséquences sur la vie des principaux concernés. Comment se déroule alors la reconnaissance de paternité tardive ? Les réponses à vos questions.

Qu’est-ce qu’une reconnaissance de paternité tardive ?

La reconnaissance de paternité désigne premièrement un formulaire légal signé par le géniteur d’un enfant et par la mère. Il déclare que l’homme est le père génétique de l’enfant. Cette procédure est uniquement lancée lorsque le père et la mère ne sont pas mariés. En effet, dans le cas contraire, le père bénéficie déjà de la présomption de paternité. Elle établit d’office que le mari de la mère est le père de l’enfant. Aucun test adn n’est donc effectué pour prouver ce lien de filiation, même si le mari en question n’est pas le véritable père de l’enfant.

La reconnaissance de paternité peut être effectuée :

  • Avant la naissance de l’enfant (reconnaissance prénatale ou anticipée)
  • Au moment de sa naissance
  • Après sa naissance (reconnaissance tardive)

Elle est considérée comme tardive lorsqu’elle est faite à tout moment après la naissance de l’enfant (au-delà de 5 jours). Il faut noter que seul le père biologique peut procéder à la reconnaissance de paternité. Si vous savez pertinemment que vous n’êtes pas le père d’un enfant mais souhaitez tout de même lui attribuer votre nom de famille, vous pouvez toujours recourir à l’adoption simple. Dans le cas où vous avez des doutes sur les origines de l’enfant, vous pouvez vous renseigner sur le test de paternité prix. Il vous apportera des résultats fiables.

La filiation et la reconnaissance de paternité tardive

Si la filiation est déjà établie à l’égard d’un autre homme, la reconnaissance de paternité ne pourra être entamée, même si l’homme en question n’est pas le père biologique de l’enfant. Dans ce cas, le père génétique devra d’abord engager une procédure de contestation de paternité. Toutefois, elle ne peut être engagée que dans les dix années qui suivent la date où la filiation a été établie à l’égard du premier homme.

Le délai peut être raccourci selon le cas. Si la possession d’état de père est conforme au titre, la contestation de paternité est possible dans les 5 années qui suivent la date de décès de l’homme notamment.

Comment reconnaître un enfant ?

Le père biologique doit se rendre au service d’état civil ou à la mairie pour reconnaître son enfant. Il faut noter que le consentement de la mère n’est pas requis. D’ailleurs, elle ne peut pas non plus s’opposer à la reconnaissance faite par le père. Ce dernier devra se munir :

  • D’un justificatif d’identité
  • D’un justificatif de domicile de moins de trois mois

Ces documents ont pour but d’éviter les reconnaissances frauduleuses. Une fois la reconnaissance faite, elle figurera en marge de l’acte de naissance de l’enfant. La mère pourra ensuite en être informée par courrier. Cependant, en cas de reconnaissance faite par acte notarié, il est possible de garder la démarche secrète. En effet, le notaire peut être tenu de respecter l’anonymat dans une action en reconnaissance de paternité.

Les conséquences de la reconnaissance d’un enfant

La reconnaissance de l’enfant est un acte qui a des effets rétroactifs depuis la conception de l’enfant jusqu’à sa majorité et bien plus, chaque fois que c’est dans son intérêt. En effet, reconnaître son fils ou sa fille s’accompagne de droits et de devoirs. En quelques mots, le père jouit des mêmes droits que la mère vis-à-vis de l’enfant :

Le nom de famille

L’enfant bénéficie premièrement du droit de porter le nom de famille que son père, tout comme ses autres enfants s’il en a.

La pension alimentaire

Pour subvenir aux besoins de l’enfant, le père sera tenu de verser une pension alimentaire à la mère, notamment s’il ne vit pas avec eux à temps plein. Une fois âgé, l’enfant pourra à son tour, verser une pension alimentaire au parent si cela est utile.

Le droit de visite

Si l’enfant ne vit pas avec le père, il doit avoir le droit de le voir quand il le souhaite. Il peut même revendiquer le droit d’habiter avec lui.

L’héritage

Après la déclaration de reconnaissance, le père devra inclure son enfant parmi ses héritiers. Il ne peut lui refuser ce droit.

L’autorité parentale

Les parents non mariés bénéficient de la même autorité parentale après la démarche de reconnaissance de paternité.

Avec la facilité à laquelle il est possible d’acquérir un kit de test ADN aujourd’hui, les demandeurs tendent à négliger l’accréditation, qui reste pourtant essentielle vis-à-vis des résultats des tests. En effet, l’accréditation permet de déterminer le niveau de qualité d’un laboratoire. D’ailleurs, les établissements qui en bénéficient n’hésitent pas à la mettre en avant pour mettre les clients en confiance. Quelles sont alors les différentes accréditations nécessaires pour les tests ADN ?

Qu’est-ce qu’une accréditation laboratoire ?

Une accréditation garantit premièrement le respect des normes dans la réalisation des procédures, comme celle du test paternite. Elle est accordée à un laboratoire d’analyse qui a été jugé compétent dans ce qu’il fait. C’est un gage de professionnalisme et de rigueur. Elle est utile pour :

  • Garantir la fiabilité et la précision des tests ADN
  • Assurer la transmission de résultats à la fois lisibles par le grand public et scientifiques
  • La mise en place d’un accompagnement et d’un suivi pour interpréter les résultats des tests

L’accréditation renvoie donc à l’accord donné par les organismes de contrôle indépendants ou au respect des normes ISO. Des examinateurs effectuent l’évaluation des laboratoires en analysant différents facteurs. Pour obtenir une accréditation internationale, un établissement doit passer des audits et des inspections grâce à une expertise technique élevée. Faire le choix d’un laboratoire de biologie médicale accrédité, que ce soit pour un test de paternité ou un test origine, garantit donc un haut niveau de qualité, au niveau des procédures et des résultats.

Les principales accréditations de laboratoire

Il existe deux principaux organismes d’accréditation pour les laboratoires de biologie médicale :

L’ISO 17025

Cette accréditation garantit que les procédures mises en place par l’établissement sont conformes aux normes internationales ISO. En effet, un contrôle indépendant est effectué pour garantir des résultats conformes aux normes élevées.

L’AABB

L’Association Américaine des Banques de Sang ou American Association of Blood Banks est une accréditation reconnue à l’international pour s’assurer que les procédés des laboratoires respectent des normes établies. En optant pour un laboratoire qui possède cette accréditation pour vos analyses médicales, soyez certain de bénéficier de résultats précis et incontestables.

La liste d’experts judiciaires

En France, seule une poignée de laboratoires d’analyses médicales a le droit de procéder à un test ADN. En effet, dans le cas d’un test de paternité par exemple, la réalisation doit être faite dans le cadre d’une procédure judiciaire. Selon l’article 16-12 du Code civil, seules les personnes qui ont reçu l’agrément dans des conditions établies par décret en Conseil d’État, peuvent procéder à une identification par empreinte génétique.

Elles doivent par la même occasion être inscrites sur la liste d’experts judiciaires. Outre la procédure judiciaire, les tests ADN sont aussi autorisés pour l’identification d’un corps et pour une recherche scientifique ou médicale.

La précision des résultats des analyses de biologie

La précision des résultats des analyses fait partie de l’accréditation ISO et repose principalement sur une comparaison de test ADN. Elle est proportionnelle à la fiabilité. Pour qu’un test de paternité soit jugé fiable, 21 marqueurs génétiques sont nécessaires durant la procédure. S’il y a correspondance entre tous les marqueurs, cela indique que le père présumé est effectivement le père biologique de l’enfant. En effet, la probabilité est de 99,99% dans ce cas.

En revanche, si 3 marqueurs ou plus ne correspondent pas, la possibilité que la personne testée soit le père de l’enfant sera écartée. En général, les tests de paternité sont réalisés grâce à des prélèvements d’échantillon salivaire sur l’enfant et le père supposé en question. Les données génétiques de la mère ne sont pas forcément nécessaires, mais la disposition de ces données contribue à maximiser la fiabilité des tests. Cependant, dans tous les cas, et notamment lorsque le laboratoire respecte la norme ISO et possède une accréditation AABB, les résultats du test sont précis et assureront votre tranquillité d’esprit.

La démarche d’accréditation

Pour qu’un laboratoire d’analyses médicales soit accrédité, de nombreux documents doivent être fournis au Comité français pour l’accréditation ou COFRAC :

  • Le manuel qui décrit le management résumant le SMQ ou Système de Management de la Qualité.
  • Les exigences en termes d’incertitude, de métrologie et d’échantillonnage
  • Les processus d’amélioration continue
  • Les processus de maîtrise des ressources
  • Le système de réalisation et de pilotage

Ensuite, des techniciens qualifiés se chargeront de faire une étude préalable. Si les documents fournis remplissent les différentes exigences, l’accréditation sera attribuée, à la suite d’une évaluation sur terrain. Le processus d’accréditation comprend plusieurs cycles. Le premier dure 4 ans. Durant ce temps, l’établissement sera évalué chaque année. Pour les cycles suivants, l’évaluation se fera tous les 15 mois et chaque cycle durera 5 ans.

Plusieurs doutes peuvent être levés en procédant à la réalisation d’un test ADN. En effet, les tests génétiques permettent de mettre la lumière sur l’histoire familiale. Différents résultats peuvent être obtenus selon l’analyse ADN effectuée. Il importe donc de bien choisir le type de test génétique en fonction de ce que vous recherchez. Voici les principaux points dont il faut tenir compte dans ce choix.

Quel test ADN choisir ? Les facteurs importants

Les laboratoires qui proposent des kits de test adn france sont de plus en plus nombreux sur le marché. Avant d’en choisir un, mais surtout avant de décider quel type de test effectuer, le client doit se concentrer sur les points suivants :

L’information génétique recherchée

La première chose à faire est de réduire la liste aux seuls fournisseurs qui proposent les tests ADN qui vous intéressent. Parmi les types de tests pouvant être effectués, on peut citer :

  • Le test de paternité
  • Le test d’ascendance
  • Le test de dépistage des maladies génétiques
  • Le test origine

Selon que vous souhaitiez établir votre arbre généalogique, faire un test ADN pour connaître le père biologique de votre enfant ou bien déterminer si vous êtes porteur d’un gène malade, vous devrez choisir un test génétique correspondant à vos besoins.

Le coût d’un test ADN

Le coût d’un test ADN peut considérablement varier. Cela dépend de la qualité du test (la précision fournie par le laboratoire) et de la réputation du fournisseur. Pour être certain des résultats des tests, privilégiez les établissements qui proposent un haut niveau de précision. Sachez que le tarif moyen d’un test génétique se situe entre 70 et 90€.

Les différents types de tests ADN

Quel que soit l’objectif d’un test, il consiste toujours à comparer deux échantillons d’ADN. Ces derniers permettent d’établir un lien de parenté entre deux individus. Comme énoncé plus haut, plusieurs raisons peuvent pousser les gens à réaliser des analyses ADN. D’ailleurs, il existe autant de tests que de raisons.

Le test de paternité

C’est le test ADN le plus pratiqué dans le monde. Comme son nom l’indique, il consiste à vérifier qu’un homme est bien le père biologique d’un enfant. Les tests de paternité reposent sur le principe qu’un enfant hérite du profil génétique de son père et de sa mère (50% chacun). Pour tirer une conclusion sur le lien biologique, on réalise une comparaison des marqueurs génétiques. L’analyse est précédée du prélèvement d’un échantillon de salive sur les individus concernés. Les résultats du test sont précis à 99,99%. 

Il faut noter que le test de paternité peut être réalisé avant la naissance d’un enfant. Il s’agit dans ce cas du test prénatal de paternité. Pour extraire les données génétiques du fœtus qui seront ensuite comparées à celles du présumé père, on effectue une prise de sang sur la mère. Les techniques ayant considérablement évolué, ce type de test ne présente plus de risque pour l’enfant et la mère. A noter qu’il est nécessaire de recueillir le consentement de tous les individus concernés avant de réaliser ce test.

Le test avunculaire

Il s’agit du test ADN de fratrie ou test ADN entre frères et sœurs. L’objectif de l’examen génétique est de déterminer si les deux individus testés sont issus d’une même lignée paternelle. On réalise souvent ce test ADN pour résoudre les conflits de succession.

Le test d’ancêtres

Il consiste à faire des recherches généalogiques. Le test d’ancêtres est l’ultime recours pour connaître vos caractéristiques génétiques et vos origines ethniques. Si vous ignorez par exemple qui est votre grand-père ou que vous souhaitiez remonter vos origines et déterminer votre ethnicité, ce test apportera des réponses à vos questions.

Le test ADN mitochondrial

Le test ADNmt permet d’établir une lignée maternelle. L’ADN mitochondrial se transmettant uniquement d’une mère à ses enfants, le test permet également de déterminer si des frères et sœurs partagent la même grand-mère.

Le test du chromosome Y

A la différence du test ADNmt, il permet d’établir une lignée paternelle. Ce test se révèle très précis, étant donné que le chromosome Y, qui se transmet uniquement de père en fils, subit peu de mutations. De ce fait, la disposition d’un ADN mâle de la famille suffit parfois pour faire un test de paternité si le père est absent.

Comment procéder à un test ADN ?

Selon la loi française, un test ADN ne peut être réalisé que pour une visée médicale ou une recherche scientifique. Toutefois, de nombreux laboratoires étrangers proposent l’envoi de kits de test pour pouvoir effectuer les prélèvements à domicile. Ils seront ensuite renvoyés au laboratoire pour la comparaison des empreintes génétiques. Les résultats du test sont disponibles en quelques jours ouvrables après le renvoi.

Réalisé dans l’objectif de prouver l’existence d’un lien biologique, le test de paternité est une analyse ADN qui repose sur l’identification des marqueurs génétiques. Il s’agit d’un procédé scientifique et non d’un acte médical, ce qui fait qu’il ne nécessite pas de prescription d’un médecin généraliste. Quels sont alors les différents cas de réalisation du test ADN de paternité ?

Prescription médicale : les spécificités du test de paternité

Le test adn de paternité est réalisé pour établir un lien de filiation biologique entre un enfant et son présumé père. Il est pratiqué par un laboratoire accrédité, disposant d’un personnel qualifié. En effet, l’examen génétique est pris en charge par une équipe scientifique et non par un médecin. C’est la raison pour laquelle, la qualité de ce dernier n’aura aucune incidence sur les résultats du test.

Un test de paternité peut être réalisé :

  • En se rendant dans un magasin qui vend un kit de test
  • En le commandant sur le site d’un laboratoire

Cet examen génétique peut, soit être réalisé dans un cadre privé, soit être réalisé légalement. Dans le premier cas, il vous apportera des réponses sur les doutes qui vous assaillent. Quand les résultats seront reçus toutefois, il ne sera pas possible de les utiliser devant un tribunal. Pour cela, il faudra procéder à un test de paternité légal, qui implique le recours à un avocat. Dans tous les cas, sachez qu’il est également possible de réaliser un test paternité prénatal.

La nécessité ou non d’une ordonnance médicale

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir une ordonnance médicale ou judiciaire pour réaliser un test de paternité. Comme énoncé plus haut, tout dépend de vos objectifs.

Le test de paternité privé

Il arrive souvent qu’une mère ne soit pas certaine de l’identité du père de son enfant, ou que le prétendu père lui-même ait des doutes sur sa paternité. Dans les deux cas, il est possible de commander un kit de test ADN et de procéder aux prélèvements des échantillons de salive à domicile. Ils devront ensuite être envoyés au laboratoire pour l’analyse. Les résultats de ce test sont disponibles après seulement quelques jours ouvrables. Toutefois, il permet uniquement d’apaiser les doutes du demandeur et des personnes concernées. Les résultats des tests ne sont pas recevables devant le tribunal car ce dernier ne peut certifier que les échantillons testés appartiennent bien aux individus en cause. Toutefois, le consentement des personnes participantes est obligatoire.

Le test de paternité légal

Ce type de test nécessite de saisir le tribunal de grande instance s’il est réalisé en France. En effet, seul ce dernier peut désigner un laboratoire qui réalisera l’analyse ADN dans le respect des normes. Cette procédure est longue et complexe. Elle peut s’étendre sur 2 ans selon les cas. De plus, elle est généralement coûteuse. En revanche, elle est indispensable si l’objectif est de revendiquer la garde de l’enfant ou une pension alimentaire.

Le test de paternité prénatal

Il est réalisé, comme son nom l’indique, avant la naissance d’un enfant. Bien qu’il implique l’intervention d’un spécialiste, il n’est pas considéré comme un acte médical, ce qui fait qu’il ne nécessite pas d’ordonnance spécifique. En effet, pour prélever les empreintes génétiques du fœtus, on réalise une prise de sang sur la mère. Les empreintes seront ensuite comparées à celles du père. Dans tous les cas, le test de paternité devra être pris en charge par des laboratoires certifiés.

La nécessité d’une prescription médicale

La prescription d’un professionnel de santé est uniquement requise lorsque les individus testés sont des résidents de New-York. Tout comme en France, les tests de paternité sur internet sont proscrits dans cet État. L’autorisation écrite d’un médecin ou d’un avocat est indispensable pour pouvoir prélever des échantillons d’ADN. En effet, tous les tests réalisés à New-York doivent être légaux, sous peine de sanctions.

L’importance de confier le test à un établissement accrédité

Tous les laboratoires d’analyses ADN ne possèdent pas d’accréditation pour réaliser un test de paternité. Or, elle est nécessaire pour garantir la fiabilité et la précision des analyses. En effet, il est important de confier le test à un laboratoire qui possède cette accréditation. Elle est relative à la norme ISO 17025.

Les établissements accrédités sont soumis à des contrôles de qualité réguliers, leur permettant de fournir des résultats hautement fiables et de garantir une réalisation des procédés dans le respect des normes établies. Aussi, ce critère est important dans la recherche d’un laboratoire. Un établissement qui jouit d’un agrément propose généralement des tests avec une précision de 99,99% lorsque le lien biologique est établi et une précision de 100% dans le cas contraire.

La filiation biologique peut désormais être établie à l’aide d’une probabilité statistique. L’examen permettant de le prouver est appelé test ADN de fraternité ou test ADN avunculaire. Les résultats qu’il fournit sont fiables mais avec un degré de précision nettement plus réduit comparé au test de paternité. Quelles sont alors les caractéristiques de ce test génétique et à combien s’élève-t-il ?

Prix test ADN frère et sœur : comment est-il réalisé ?

Le test adn de fraternité est réalisé dans le but de déterminer si deux personnes, en l’occurrence des frères et sœurs, partagent ou non leurs parents biologiques. Il consiste donc en la comparaison de l’ADN des frères et sœurs supposés. Pour récupérer les données génétiques des individus concernés, le laboratoire effectue un prélèvement d’échantillon de salive.

Les analyses ADN ont toujours lieu en laboratoire. Toutefois, des kits de test ADN peuvent être achetés en ligne. Ils s’accompagnent d’une notice pour permettre d’effectuer les prélèvements à domicile correctement. D’autres types d’échantillons d’ADN peuvent également être recueillis :

  • Les taches de sang
  • Les ongles
  • Les cheveux
  • La cire d’oreille
  • Les mégots de cigarette
  • Le fil dentaire

Il faut noter que le test de fraternité ne peut être réalisé légalement en France. En effet, l’analyse ADN est faite dans des laboratoires situés hors de la France. Selon l’article 16-10 du Code civil, l’examen des caractéristiques génétiques doit être effectué pour une recherche scientifique ou un objectif médical. Tout comme le test de paternité, le consentement des participants est requis. Vous en saurez plus sur l’article concernant le test de paternité prix.

Quels sont les résultats fournis par ce test ?

En fonction du profil génétique de chaque personne testée, un indice avunculaire est identifié :

Pour un indice inférieur à 1

Les résultats indiquent qu’il n’y a aucun lien de parenté entre les parties prenantes.

Pour un indice supérieur à 1

Cela signifie que les individus testés sont susceptibles d’être les parents biologiques.

La proportionnalité de l’indice et la fiabilité

Plus la valeur de l’indice est élevée, plus la probabilité pour que les personnes testées soient les parents biologiques l’est également.

Il faut noter que les résultats sont plus concluants dans le cas où les échantillons du père et de la mère sont disponibles au sein du laboratoire. Ce dernier pourra ainsi reconstituer le profil génétique paternel pour établir le lien de filiation biologique par comparaison ADN. Les délais d’obtention des résultats du test sont variables mais en général, ils sont reçus une semaine (généralement en quelques jours ouvrables) après envoi des échantillons d’ADN au laboratoire.

La fiabilité des tests de fraternité

Le principal intérêt pour le demandeur de recourir à un test de fraternité est de connaître l’identité de son père biologique. De plus, l’analyse des marqueurs génétiques peut être réalisée rapidement une fois les échantillons prélevés. L’établissement de la filiation ouvre droit à un héritage, à une pension alimentaire et à la reconnaissance de paternité. En effet, le résultat d’un test de fratrie est indiscutable, tout comme les tests de paternité. Le test ADN frères et sœurs permet de prouver ou de réfuter indirectement la maternité ou la paternité.

En plus de permettre de connaître un lien de filiation paternelle, une analyse génétique permet aussi de rétablir son arbre généalogique et de déterminer les origines géographiques. La recherche ADN s’effectue à partir d’une base de données pour connaître l’origine du matériel génétique de la personne concernée.

Toutefois, si vous souhaitez confirmer les résultats, d’autres types de tests ADN peuvent être réalisés comme le test de paternité, le test de maternité, le test de gémellité, le test du chromosome Y ou encore le test ADN mitochondrial.

Combien coûte le test ADN avunculaire ?

Pour faire un test ADN de fraternité, prévoyez une somme de 300 € environ. Les prix sont très variables et sont librement fixés par les laboratoires. Sachez qu’aucun remboursement n’est envisageable pour réaliser ce type de test. Vous devrez donc en assumer les coûts si vous souhaitez établir un lien de fratrie pour lever vos doutes sur vos origines.

La somme de 300€ prend en charge :

  • Le kit de prélèvement
  • Un courrier prépayé pour retourner les échantillons
  • Les procédés en laboratoire
  • Les résultats des tests

Le coût dépend du nombre de personnes à tester et du type d’échantillon demandé. Il prend généralement en charge un enfant et un grand-parent, une tante ou un oncle. Toutefois, il est possible de rajouter d’autres personnes supplémentaires pour fournir un résultat plus précis.

La présomption de paternité s’établit automatiquement dans le cas d’un couple marié. Cela signifie que l’époux de la mère sera considéré comme le père biologique de l’enfant. En revanche, cette présomption est inexistante dans le cas d’un couple en union libre. Ainsi, si un enfant est conçu hors mariage, le père devra engager une procédure de reconnaissance de paternité. Quelles sont ses modalités ?

Qu’est-ce que la reconnaissance de paternité ?

La reconnaissance de paternité est avant tout un acte déclaratif ayant des effets rétroactifs depuis la conception de l’enfant quand c’est dans son intérêt. Reconnaître un enfant signifie déclarer un enfant comme étant le sien auprès de l’Officier d’État civil en vue d’établir le lien de filiation. La déclaration est prévue par l’article 316 du Code civil.

La reconnaissance de paternité peut intervenir à tout moment :

  • Avant la naissance de l’enfant (reconnaissance prénatale de paternité),
  • Lors de la déclaration de naissance,
  • À tout moment après la naissance de l’enfant.

Il faut noter que la reconnaissance s’accompagne de droits et devoirs. C’est la raison pour laquelle de nombreux pères décident de faire un test adn de paternité avant d’engager la procédure, notamment lorsqu’ils ont un doute sur leur paternité.

En outre, seul le père biologique de l’enfant peut procéder à la reconnaissance. Si un homme sait pertinemment qu’il n’est pas le géniteur de l’enfant, mais s’obstine à le reconnaître, ce sera considéré comme une fraude. En revanche, s’il tient réellement à ce que l’enfant puisse porter son nom de famille, il pourra toujours songer à l’adoption.

Par ailleurs, si un homme doute être le père de l’enfant de son épouse, il peut aussi engager une action en désaveu de paternité. Dans ce cas, il est toujours conseillé de procéder à un test ADN. D’ailleurs, il sera possible de déterminer la véritable identité du père avant la naissance de l’enfant, grâce à un test de paternité prénatal.

Les démarches à suivre pour reconnaître un enfant

Comme énoncé plus haut, la reconnaissance de paternité peut se faire à tout moment.

La reconnaissance prénatale

Avant même la naissance d’un enfant, son présumé père peut procéder à sa reconnaissance. On parle alors de reconnaissance anticipée. La procédure est très simple dans ce cas. Tout ce qu’il aura à faire, c’est de se présenter à la mairie avec une pièce d’identité et un justificatif de domicile de moins de 3 mois. L’officier d’État-civil lui remettra par la suite une copie de l’acte de reconnaissance. Après signature, il recevra la copie qu’il devra présenter lors de la déclaration de naissance.

La reconnaissance de paternité lors de la déclaration de naissance

Cette procédure doit être réalisée dans les 5 jours qui suivent la naissance de l’enfant. Deux pièces justificatives doivent être fournies à la mairie du lieu de naissance : un justificatif de domicile de moins de 3 mois et une copie de la carte d’identité.

La reconnaissance postnatale

La reconnaissance postnatale peut être faite à tout moment après la naissance de l’enfant. En effet, il est également possible de reconnaître un adulte. D’ailleurs, la déclaration de reconnaissance pourra être faite dans la mairie de son choix. Les pièces justificatives restent inchangées. Toutefois, l’acte de naissance de l’enfant ou le livret de famille peuvent aussi être utiles.

La reconnaissance par acte notarié

Il faut noter que la reconnaissance de paternité peut se faire par acte notarié. Dans ce cas, le père pourra demander au notaire de maintenir l’acte de reconnaissance secret s’il le souhaite.

Quelles sont les conséquences de la reconnaissance de paternité ?

Reconnaître un enfant a des effets sur le plan légal :

L’autorité parentale

Elle s’exerce automatiquement par les deux parents si la reconnaissance postnatale a lieu dans l’année qui suit la naissance de l’enfant. Si elle est faite plus tardivement, d’autres procédures judiciaires doivent être engagées pour pouvoir réclamer l’exercice de l’autorité parentale.

Le nom de l’enfant

Si la filiation est établie en même temps à l’égard des deux parents, l’enfant portera le nom du père. Autrement, il portera celui de la mère. Ceci dit, les deux peuvent toujours trouver un accord commun sur la question.

Les droits de succession

Si la filiation est établie à l’égard du père, l’enfant deviendra automatiquement l’un de ses héritiers (en cas d’absence de testament).

Faire un test de paternité pour établir la filiation

La seule façon d’être certain de l’identité du père d’un enfant est de réaliser un test de paternité dans un laboratoire certifié. Une analyse ADN consiste à comparer les marqueurs génétiques des personnes concernées (en l’occurrence le père et l’enfant). Les résultats du test confirmeront avec certitude vos soupçons et vous aideront à dissiper vos doutes. Comme le test de paternité repose sur un examen génétique, les risques d’un faux résultat sont quasiment nuls.

Nos Accréditations
(Norme ISO - CAP - ACLASS)